C’est possible !!!

S’autoriser, être, lacher prise, … Du bonheur, du bonheur, que du bonheur !

Archive pour la catégorie 'MORCEAUX CHOISIS'

provenance du merveilleux site (merci à Totem): http://www.eternelpresent.ch/index.html

Posté : 11 avril, 2008 @ 7:44 dans MORCEAUX CHOISIS | Pas de commentaires »

tournesolbobinette1.jpgCOMME UN ARC-EN-CIEL

Le bonheur ne se trouve pas avec beaucoup d’effort et de volonté,

mais réside là, tout près, dans la détente et l’abandon.

Ne t’inquiète pas, il n’y a rien à faire.

Tout ce qui s’élève dans l’esprit n’a aucune importance parce qu’il

n’a aucune réalité. Ne t’y attache pas. Ne te juge pas.

Laisse le jeu se faire tout seul, s’élever et retomber, sans rien

changer,et tout s’évanouit et commence à nouveau sans cesse.

Seule cette recherche du bonheur nous empêche de le voir.

C’est comme un arc-en-ciel qu’on poursuit sans jamais le rattraper.

Parce qu’il n’existe pas, qu’il a toujours été là et t’accompagne à

chaque instant. Ne crois pas à la réalité des expériences bonnes ou

mauvaises, elles sont comme des arcs-en-ciel. A vouloir saisir

l’insaisissable, on s’épuise en vain. Dès lors qu’on relâche cette

saisie, l’espace est là, ouvert, hospitalier et confortable. Alors,

profites-en. Tout est à toi, déjà. Ne cherche plus. Ne va pas

chercher dans la jungle inextricable l’éléphant qui est

tranquillement à la maison. Rien à faire. Rien à forcer. Rien à vouloir.

Et tout s’accomplit spontanément…

- Lama Guendune Rinpotché -

Toutes les fleurs de l’avenir sont dans la semence d’aujourd’hui.

- Inconnu -

« Occupe-toi du jour présent, car si hier n’est plus qu’un rêve,
demain n’est rien qu’une vision.
Le jour présent si tu le vis, fera de chaque hier un rêve de bonheur
et de ton avenir une vision d’espoir.
Alors, occupe-toi du jour présent. »

Proverbe Sanscrit

Ce qui est passé a fui; ce que tu espères est absent;
mais le présent est à toi.

- Proverbe Arabe -

Nous oublions souvent de sentir la magie du moment présent
et pourtant, c’est elle qui bâtit le scénario de notre vie.

- Michel Bouthot -

La sagesse est de voir le nouveau dans l’ordinaire,
en s’accommodant du monde tel qu’il est.
Il y a des trésors cachés dans l’instant présent.

Moine et poète japonais – Santoka -

Nous ne nous tenons jamais au temps présent.
Nous rappelons le passé ; nous anticipons l’avenir
comme trop lent à venir, comme pour hâter son cours.

- Blaise Pascal -

Le moment présent est la piste désignée à tout nouveau départ.

Prêtre québécois – Louis-Marie Parent -

Etre présent, c’est bien plus qu’être là.

Analyste financier américain – Malcolm Forbes -

Le moment le plus important c’est le présent
car si on ne s’occupe pas de son présent on manque son futur.

Ecrivain français – Bernard Werber -

L’homme passe sa vie à raisonner sur le passé,
à se plaindre du présent, à trembler pour l’avenir.

Ecrivain français – Rivarol -

L’avenir nous tourmente, le passé nous retient,
c’est pour ça que le présent nous échappe.

Ecrivain français – Gustave Flaubert -

L’éternité ? C’est l’instant présent.
Le passé et le futur ne sont que des vues de l’esprit.

- Anonyme -

Le présent est indéfini,
le futur n’a de réalité qu’en tant qu’espoir présent,
le passé n’a de réalité qu’en tant que souvenir présent.

Ecrivain argentin – Jorge Luis Borges -

Evitez de trop penser.
Voyez seulement le présent et agissez.
C’est la clé d’un comportement vrai et positif.

Philosophe indien – Swami Prajnanpada -

Si l’expérience de Dieu aboutit à Dieu,
ce n’est plus le présent, c’est l’éternité…

Chef d’orchestre allemand – Sergiu Celibidache -

Vous êtes ici pour permettre
à la mission divine de l’univers de se déployer.
Voilà à quel point vous êtes important.

- Eckhart Tolle -

Tout comme une mère protègerait son unique enfant
au péril de sa propre vie, cultive un coeur
sans limite envers tous les êtres.
Laisse tes pensées d’amour illimité
se répandre dans le monde entier.

- Bouddha -

L’amour est l’ultime signification de tout ce qui nous entoure.
Ce n’est pas un simple sentiment, c’est la vérité,
c’est la joie qui est à l’origine de toute création.

- Inconnu -

 » Je veux t’aimer sans m’agripper,
T’apprécier sans te juger,
Te rejoindre sans t’envahir,
T’inviter sans insistance,
Te laisser sans culpabilité,
Te critiquer sans te blâmer,
T’aider sans te diminuer!
Si tu veux m’accorder la même chose,
alors nous pourrons nous rencontrer et nous enrichir l’un l’autre « 

- Virginia Satir -

La Vie est une chanson et le destin est la musique sur laquelle
nous écrivons les paroles à chaque instant.

- Totem -

 Ta vie est nouvelle à chaque instant car chaque instant est nouveau.

C’est à partir de ce nouvel instant que tu crées ce que tu es.

- Totem -

Ne laisse personne mettre des nuages en toi.

Tu es la seule personne qui peut choisir ta vie.

Ne laisse personne tenir les rennes de ta vie.

C’est toi qui es aux commandes, alors choisis ce qui est bon pour toi.

- Totem -

Dire à quelqu’un qu’on l’aime n’est-ce pas merveilleux ?

N’est-ce pas le plus beau cadeau qu’on puisse faire à un être humain ?

Pourquoi le cacher, pourquoi se cacher ?

- Totem -

Si ton voisin te vole une pomme parce qu’il n’a plus rien à manger,

au lieu de t’armer et te barricader, offres-lui plutôt un bon repas

et traites-le comme s’il était ton propre frère.

Il t’en sera éternellement reconnaissant.

- Totem -

Le silence est le plus précieux, le plus beau des livres

car il donne un enseignement directe.

Je te parle du silence sacré qui émane de la profondeur de ton être.

C’est ainsi qu’en regardant dans les yeux de l’autre,

en silence, tu as réalisé ta profondeur.

N’est-ce pas magnifique ?

- Totem -

 

       

Des contes venus d’outre Atlantique …

Posté : 11 avril, 2008 @ 8:11 dans MORCEAUX CHOISIS, Non classé | Pas de commentaires »

 tournesolbobinette1.jpg

 

Encore une merveilleuse rencontre ! Merci à toi, conteuse lointaine pour ces cadeaux divins…. Chers lecteurs, lisez et laissez vous aller à la rêverie suggérée par ces mots…

Les crayons magiques de petite Lisa Aujourd’hui, lorsque petite Lisa rentre de l’école, une très jolie surprise l’attend : une énorme boite de crayons de couleurs. Petite Lisa crie de joie et va embrasser ses parents pour les remercier. 

Elle court vite chercher du papier, et s’installe confortablement sur le tapis de sa chambre, accompagnée par ses deux fidèles amis, les chats Mazarine et Gribouille. Elle ouvre la boite la boite de crayons, et un éventail de couleurs pastel tendres s’étale a sa vue. Alors que Gribouille et Mazarine volent un crayon et le font rouler de leur patte en ronronnant de bonheur. Petite Lisa se met à dessiner. 

Sous ses petits doigts agiles, un papillon aux ailes multicolores prend forme. Il repose sur la feuille de papier blanc, tout seul et fragile. Ensuite, la fillette dessine un tournesol immense, aux pétales d’un jaune lumineux. A peine le dessin terminé, voilà que les ailes du papillon commencent à trembler tout doucement, puis le papillon se détache délicatement de la feuille et s’envole dans la chambre. Puis se pose sur le tournesol. Petite Lisa, Mazarine et Gribouille applaudissent de toutes leurs forces, puis se mettent à courir et sauter partout comme des petits fous. 

Petite Lisa prend une autre feuille et dessine un deuxième papillon, puis un troisième, puis un quatrième. Ensuite, des fleurs, de toutes les couleurs, des rouges, des bleues, des blanches, des mauves, des grandes et des petites. Mazarine et Gribouille décident eux aussi de se mettre à la tâche et dessinent des oiseaux, au plumage somptueux, des grands et des petits, en pensant que ce serait merveilleux de pouvoir leur courir après et de les attraper. Mais à peine ont-ils apporté une dernière touche de couleur que les oiseaux s’envolent par la fenêtre ouverte. Alors, la chambre devenue trop petite pour contenir tout ce petit monde se transforme en un champ. Des fleurs et des arbres poussent ici et là, les oiseaux volent de branche en branche, dans une symphonie de bruits d’ailes et de chants. Petite Lisa, Mazarine et Gribouille courent partout, ils roulent dans les herbes folles. Gribouille va chercher un filet à papillon et se met à poursuivre les papillons à perdre haleine, tandis que Mazarine fait le guet au pied d’un arbre et attend qu’un moineau veuille bien descendre. 

Petite Lisa s’assoit à l’ombre d’un saule et se remet à dessiner. Des enfants cette fois, des petites filles et des petits garçons munis de ballons multicolores, de cerfs-volants, qui bientôt l’accompagnent dans ses jeux et ses courses folles. Lorsque la nuit commence à tomber, petite Lisa  s’allonge dans l’herbe, et le calme se fait autour d’elle. Ses deux chats se couchent à ses pieds, les oiseaux ferment leurs ailes et se blottissent les uns contre les autres dans les feuillages des arbres. Ses autres compagnons de jeux sortent du champ sur la pointe des pieds. 

Au petit matin, lorsque maman vient réveiller petite Lisa pour aller à l’école, la fillette met ses bras autour du cou de sa maman et lui chuchote à l’oreille : « Tu sais maman, je crois que les crayons sont magiques. » 

Maman regarde les dessins et les crayons éparpillés sur le sol et lui répond en souriant :  « Oui, je crois aussi. » 

Le plus beau cadeau du monde Lorsque Petite Lisa arrive à l’école aujourd’hui, la maitresse, mademoiselle Blandine, qui est aussi une fée – mais chut, c’est un secret, il ne faudra le répéter à personne – est en train de distribuer des pinceaux et des pots de peinture à toute la classe. La fillette est accompagnée par ses deux compagnons de toujours, les chats Gribouille et Mazarine. 

Mademoiselle Blandine annonce avec un grand sourire : -          Les enfants, nous allons fêter les mamans la semaine prochaine. Comme vous avez été sages et très gentils, je vais vous aider à réaliser de jolis cadeaux pour vos mamans. 

Petite Lisa reste un moment silencieuse, puis lève la main pour poser une question : -          Mademoiselle Blandine, est-ce que toutes les mamans du monde vont célébrer la fête des mères ? Mademoiselle Blandine, qui est aussi une fée – mais chut, c’est un secret, il ne faudra le répéter à personne – répond en souriant : 

-          Bien sûr. Toutes les mamans du monde ont des enfants qui les aiment. -          Mais si on ne travaille pas, on n’a pas d’argent, comment faire alors pour acheter un cadeau pour sa maman ? -          Petite Lisa, tous les cadeaux ne s’achètent pas. Qu’est-ce que tu as offert à ta maman l’année dernière pour sa fête ? 

-          Des dessins et des fleurs que j’ai cueillies dans le champ. -          Et je suis sure que ta maman était très heureuse de recevoir ces jolis cadeaux, n’est-ce pas ? Petite Lisa hoche la tête en silence, mais ne semble pas très convaincue. Elle s’installe à son pupitre, et se met à peindre des fleurs, à la grande joie de Gribouille, qui ouvre tous les pots de peinture, et trempe sa petite patte dedans. Tous les élèves éclatent de rire. Gribouille est fou de joie d’être le centre d’intérêt général, et il commence à tourner sur lui-même, en ronronnant de bonheur. Le sol de la classe se couvre bientôt de traces de pattes de chats de toutes les couleurs. 

Petite Lisa déchire sa feuille de dessin, et soupire profondément. Mazarine – qui est la fée des chats, mais chut, c’est un secret, il ne faudra le répéter à personne – se précipite sur les genoux de la fillette, et lui murmure à l’oreille : -          Peut-être que ce serait mieux de préparer ton cadeau a la maison, comme ça tu auras le temps de réfléchir à ce que tu voudrais lui offrir. -          Oui, mais je n’ai pas de sous pour acheter un cadeau, et je voudrais donner à ma maman le plus cadeau du monde. 

-          Tu n’auras pas besoin de sous pour ca, fais-moi confiance ! Mazarine rappelle à l’ordre ce petit fripon de Gribouille d’un coup de patte sur le nez, et sourit d’un air complice à Mademoiselle Blandine. 

De retour à la maison, petite Lisa accompagnée des deux chats Mazarine et Gribouille, qui en a profité pour voler un morceau de fromage dans la cuisine (il adore le fromage !) s’enferment à double tour. Tous les jours, après l’école, Petite Lisa s’enferme dans sa chambre avec les deux chats et oublie parfois l’heure du diner. Papa et maman sont intrigués par les mines de conspirateurs qu’affichent la fillette et ses deux camarades, mais personne ne trahit le secret. Même Gribouille à qui maman promet un gros morceau de fromage refuse de parler. 

Le dimanche matin, très tôt, petite Lisa se glisse tout doucement dans la chambre de ses parents, et dépose un petit baiser sur le front de sa maman. Maman se réveille en souriant, et petite Lisa chantonne : -          Bonne fête des mamans, maman chérie. Alors petite Lisa déroule une énorme affiche couverte de pétales de fleurs. Des pétales de toutes les couleurs reposent délicatement sur un lit de mimosas et de coquelicots. Un doux parfum se dégage de ces pétales. Maman est tellement touchée par ce ravissant spectacle aux exquises senteurs qu’elle en reste muette d’émotion. 

Alors petite Lisa esquisse un petit pas de danse, et se met à chanter : « Ces fleurs sont pour toi maman 

Jour après jour je les ai cueillies pour toi maman Parce que tu es dans mon cœur Je voudrais te faire sourire de bonheur Ces fleurs sentent le paradis 

Parce que  les anges  étaient ravis, Parce que tu es ma maman Et que je t’aime tellement Bonne fête des mamans ». 

Lorsque petite Lisa termine sa chanson, papa et maman, Mazarine applaudissent à tout rompre et Gribouille perd le morceau de fromage qu’il était en train de mordiller. La fillette est à présent tout intimidée. Elle demande d’une toute petite voix : -          Est-ce que tu aimes mon cadeau maman ? 

Sa maman, qui a les yeux pleins de larmes, la serre très fort dans ses bras et l’embrasse tendrement. Elle lui répond : -          Je n’ai jamais eu d’aussi beau cadeau de ma vie. C’est le plus beau cadeau du monde. Merci. Gribouille qui est en train de jouer avec un petit morceau de fromage, et qui n’a pas tout compris, demande à Mazarine : -          Pourquoi est-ce que c’est le plus beau cadeau du monde ? Moi j’aurais préféré des crevettes ou du fromage. 

Parce que petit nigaud, petite Lisa a mis tout son cœur et tout son amour pour sa maman dans la préparation de ce cadeau. Les présents du cœur sont les plus beaux du monde. « 

Des contes venus d'outre Atlantique ... dans MORCEAUX CHOISIS doc

 

Extrait de « L’amour foudre » d’Henri Gougaud

Posté : 21 janvier, 2008 @ 9:03 dans classé, MORCEAUX CHOISIS | Pas de commentaires »

tournesolbobinette1.jpg

« Quiconque fait cent pas sans amour marche à ses propres funérailles »

Walt Whitman

« j’ai trois préférences :

le parfum parce qu’il renferme le secret des femmes,

les femmes parce qu’elles renferment le secret de l’amour,

l’amour parce qu’il est la seule prière de l’univers. »

Mahommet

Posté : 31 décembre, 2007 @ 2:27 dans MORCEAUX CHOISIS | Pas de commentaires »

tournesolbobinette1.jpg

 

 « La vraie découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages mais à changer de regard. » Marcel Proust

Et si tout était déja là !!!

Kedubonheur !Sourire

Pour la nouvelle année…

Posté : 12 décembre, 2007 @ 8:56 dans classé, MORCEAUX CHOISIS | Pas de commentaires »

tournesolbobinette.jpg

« Cette année, aventurez vous hors des sentiez battus et osez prendre des risques, car mieux vaut tomber que de ne jamais s’être envolé »….

  »Je ne vous souhaite pas d’être sage, mais bien d’être fou »…

Tiré du Cirque du Soleil  www.cirquedusoleil.com

 

Joyeuses fêtes et bonne an-nez à tous !!!

Que le bonheur soit vrotre lot quotidienSourire

 

 

Pour cette fin d’année….Faim du nez !! (ça c’était pour mon clown !)

Posté : 7 décembre, 2007 @ 9:45 dans classé, MORCEAUX CHOISIS | Pas de commentaires »

tournesolbobinette.jpg

 « Et toujours, dès que je me montrais prête à les affronter, les épreuves se sont changées en beauté » Etty Hillesum

« La liberté ignore les serrures du temps et de l’espace. Pour traverser les murs, il suffit d’ouvrir les portes, ouvrir les ailes, ouvrir les rêves. » Jacques Savoie

Extrait de « Funérailles Célestes » de Xinran

Posté : 22 novembre, 2007 @ 5:37 dans classé, MORCEAUX CHOISIS | Pas de commentaires »

tournesolbobinette.jpg

 

« Tout comme on lit les livres mot à mot, les chemins sont parcourus pas à pas… »

Xinran

Cadeau d’un matin comme les autres

Posté : 14 novembre, 2007 @ 10:26 dans classé, MORCEAUX CHOISIS | Pas de commentaires »

tournesolbobinette1.jpg

« Tout comme on lit les livres mot à mot, les chemins sont parcourus pas à pas »

Extrait de « Funérailles célestes » de Xinran

Sourire

Optimisme quand tu nous tiens !!!

Posté : 7 novembre, 2007 @ 11:00 dans MORCEAUX CHOISIS | Pas de commentaires »

tournesolbobinette.jpg

 

La plupart des gens regardent les choses comme elles sont et se demandent : Pourquoi ?

Moi, je regarde les choses comme elles pourraient être et je me demande : Pourquoi pas ?

John Fitzgerald Kennedy

 Que du bonheur !!! Sourire

Première pensée au levé

Posté : 2 novembre, 2007 @ 6:29 dans classé, MORCEAUX CHOISIS | Pas de commentaires »

tournesolbobinette1.jpg

 Levée ce matin 6 heures. J’ai pris mon  petit déjeuner en pleine conscience. Paix et sérénité au programme… Puis j’ai ouvert le dernier Jacques Salomé « Et si nous inventions notre vie ? » et j’ai rencontré :

« Il n’y a pas de limites à la liberté d’être, sinon celles de nos conditionnements, de nos peurs ou de nos désirs. »

 J.M Le Clézio

Osons !…Sourire

 

 

12
 

soulager la douleur |
Les implants mammaires, ce ... |
masecondep1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mutuellesante
| Envie de retrouver la ligne
| Une clinique psychiatrique ...